M.Habib demande aux français sans équivalence de diplôme de penser à différer l’alya

L’alya si dynamique dans la communauté juive de France est souvent source de grande souffrance au niveau professionnel, particulièrement pour les Olim les plus qualifiés. Ils ont réussi en France mais ils ne voient pas leurs diplômes être reconnus en Israël et se retrouvent souvent à effectuer des « petits boulots » sans lien avec leur qualification

Fort de ce constat, Meyer Habib qui est le député de la 8e circonscription des Français de l’étranger, très impliqué dans la communauté et très proche du premier ministre Netanyahu a fait une déclaration forte à ce sujet sur sa page facebook:

« ÉQUIVALENCE DES DIPLÔMES EN ISRAËL – En l’absence de résultats significatifs d’ici 3 mois, je recommanderai aux Français juifs de différer ou renoncer à l’alyah

Actuellement en Israël dans le cadre d’une délégation internationale de parlementaires, je me suis rendu hier soir à une réunion privée à Raanana chez mon ami, le Dr David Tibi, sur la reconnaissance des diplômes français en Israël. David, qui avait rendu publique une lettre poignante au Premier ministre Netanyahu dans laquelle il faisait part de sa déception de ne pouvoir exercer son métier en Israël en raison des immenses et injustes difficultés à faire reconnaître son diplôme de chirurgien-dentiste, a reçu près d’une centaine de personnes – médecins généralistes, spécialistes, chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes, pharmaciens, avocats – pour discuter du bilan et des suites de l’action engagée.

Sur ce dossier, à part quelques avancées mineures notamment pour les kinésithérapeutes, chiropracteurs, orthophonistes et diététiciens, les choses avancent beaucoup trop lentement. A chaque fois qu’on annonce des progrès, les résultats sont décevants.

J’ai pu mesurer hier chez David Tibi de l’angoisse qui envahit les Olim de France, particulièrement les plus qualifiés, incapables de faire reconnaître leurs diplômes et faire valoir leurs compétences professionnelle. Certains, après 5 ou 8 ans d’études, n’ont d’autre choix que d’être serveurs ou travailler en call center…

Je sais que le Premier ministre Netanyahu, avec qui je me suis encore entretenu il y a 48 heures, est déterminé pour faire aboutir ce dossier. Les blocages se situent au ministère de la santé et, surtout, des ordres professionnels (guildot).

Animés par un authentique idéal sioniste et une volonté réelle de s’intégrer, les Olim de France ne comprennent pas cette accumulation d’obstacles, en parfaite contradiction avec le discours des autorités israéliennes. Beaucoup sont déçus, beaucoup se sentent floués.

Le temps est venu d’obtenir résultats concrets à court terme ! S’il est parfaitement normal que des tests de langue ou des stages de quelques mois soient prévus, il est inadmissible d’imposer des examens théoriques et que les diplômes français, qui comptent parmi les meilleurs du monde, ne soient pas reconnus.

Si dans les trois mois, des avancées tangibles ne sont pas réalisées, je n’aurais d’autre choix que de mettre en garde mes compatriotes concernés par ces équivalences, qui envisagent de s’installer en Israël, contre les risques professionnels encourus et les encourager à différer leur venue …

Étant profondément sioniste, en arriver là serait pour moi un déchirement mais je ne peux fermer les yeux sur les drames personnels causés par les atermoiements de l’administration israélienne et les blocages corporatistes sur ce dossier.

Sur les conseils du Premier ministre Netanyahu, je dois m’entretenir dans les jours à venir avec le Ministre de la Santé Litzmann. Je vous tiendrai au courant de l’issue de cet échange.

En tout état de cause, nous ne jugerons que sur les résultats. »

SA REAL NEWS